La robe de mariée

Bonjour cher lecteur,

Aujourd’hui, je vais t’expliquer comment j’ai réalisé ma robe de mariée pour la mairie.

D’abord, un petit peu de contexte : nous nous sommes mariés à la mairie puis à l’église. Petit détail, je voulais absolument que mon futur mari découvre ma robe de mariée (de princesse) à l’église, au bout de l’allée, sur fond de marche nuptiale… (pas chiante la meuf !) Sachant que pour nous la mairie était juste une formalité administrative (on y est d’ailleurs allés seulement avec nos proches et nos témoins), hors de question de m’y rendre avec ma grande et belle robe de princesse !

C’est alors qu’est venue l’idée d’avoir une seconde robe, juste pour la mairie. Après avoir commandé ma robe pour l’église, qui était assez imposante il faut le dire, j’ai continué à traîner sur pinterest (à ne jamais faire, ô grand jamais !), et les robes de mariées un peu style « bohèmes » me faisait de plus en plus envie… J’en suis arrivée à me demander si je n’avais pas fait une boulette en commandant une robe princesse (oui, c’est le terme technique, j’invente pas), si je ne serai pas finalement ridicule dans ma grosse robe version Walt Disney… Sachant que j’avais déjà investi une coquette somme dans cette robe (d’ailleurs je vis depuis avec un rein en moins), hors de question d’acheter une deuxième robe dans le commerce, même si certains modèles me faisaient littéralement fondre :

Robe Cécilia de chez Marie Laporte <3

Tu te doutes de la suite lecteur : j’ai donc foncé chez Mondial Tissus (mon fournisseur non officiel mais quasi exclusif), acheté du crêpe ivoire, de la mousseline ivoire, du biais crème satiné, et de la dentelle. J’ai pris de gros métrages, parce que je voulais faire une petite traîne, et au final, je n’en ai eu que pour une cinquantaine d’euros… (le budget du mariage a dit « ouf ! »).

Pour le modèle, je voulais faire une robe « esprit » Cécilia de Marie Laporte, avec le dos nu en dentelle. Bien sûr ma version est beaucoup moins soignée, mais malheureusement, c’était soit ça, soit il fallait faire une croix sur le traiteur.
Je suis donc partie d’un patron que je m’étais acheté quelques mois plus tôt, inspirée par un (super) article de Jolies bobines : la Tanja dress de Schnittchen Patterns.

Robe Tanja de chez Schnittchen Patterns

J’avais déjà découpé le patron, et je l’ai donc décalqué sur du papier de soie pour pouvoir le modifier comme je voulais. En gros, ça donne ça :

J’ai travaillé sur un patron entier (par opposition au demi-patron) parce que je voulais me rendre compte de ce que ça rendait, mais on peut très bien conserver le demi-patron et couper sur le pli du tissu. J’ai donc fait une toile, pour voir où dessiner mon cœur (comme c’est beauuu !) afin de former un bustier. Cette toile m’a également permis d’ajuster la longueur du bustier et donc l’endroit où le haut rejoint le bas.

Les pinces, ainsi que les manches sont inchangées par rapport au modèle d’origine. J’ai juste modifié (assez drastiquement) le dos, pour obtenir un effet comme sur la Cécilia de Marie Laporte. Mais la base demeure le patron de la robe Tanja de Schnittchen Patterns.

Pour le bas, j’ai fait du grand « a cappella » : j’ai juste fait en sorte que le haut du bas corresponde avec le bas du haut (allez bam, petit chiasme, normal), ensuite, j’ai tiré de grands traits pour que le bas fasse 1m20 de long au max devant et 1m70 derrière. Au final, c’était beaucoup beaucoup trop ! J’ai enlevé pas mal au moment de faire l’ourlet. Mais bon, autant on peut couper, autant on ne peut pas rallonger, donc, sans regret !

Patron du bas : à gauche le dos, à droite le devant

Pour le haut, j’ai coupé toutes les pièces dans la dentelle, en prenant la précaution pour les triangles du dos, et les manches, de couper suivant les motifs (des fleurs en l’occurrence), histoire d’avoir une jolie finition. Pour l’encolure, je l’ai terminée avec un biais satiné, façon couture anglaise. J’ai laissé de la sur-longueur sur le biais pour pouvoir nouer les deux pans, et serrer comme je le voulais.
Pour le bustier et le bas, j’ai tout coupé une fois dans le crêpe, qui était bien épais (histoire qu’on ne voit pas la mariée toute nue).
Et enfin, j’ai coupé le bas dans la mousseline.

Petite précision, j’ai ajouté une petite fermeture zip invisible de 15 cm sur la partie milieu dos, histoire de pouvoir rentrer mes grosses fesses dans la partie jupe.

Une fois le tout assemblé, ça donne ça :

Et enfin portée (pour l’ouverture de bal) :

  

  

 

Blouse fluide à plis

Coucou Lecteur !

Ces derniers temps, je n’ai pas beaucoup publié, mais par contre, je n’ai pas chômé !

Notamment, j’ai agrandi ma collection de blouses pour aller travailler avec cette blouse en crêpe bleu marine.

Il s’agit d’un crêpe tout bête (un voile crêpe même pour être précise), acheté chez Mondial Tissus. Pour le patron, c’est une composition personnelle (comprendre : un truc que j’ai bricolé avec mon papier à patron).

En fait, c’est tout simple, j’ai repris un patron de blouse que j’avais déjà utilisé (mais un patron de haut un peu ample fait l’affaire !), et j’ai coupé mon papier au niveau de la poitrine. Là, j’ai joué à faire un petit accordéon (un peu comme un éventail en papier) et à le scotcher à mon patron. Du coup, quand tu déplies, tu obtiens bien une sur-longueur qui va servir à faire les plis.

Pour le dos, c’est le même concept pour créer une patte de boutonnage, il faut prendre un patron de haut ample. Au niveau du milieu dos, scotcher une bande de 4 cm de large qui sera repliée en 3 pour faire la patte de boutonnage. Par contre, évidemment au lieu de placer le milieu dos sur le pli de tissu, on le met n’importe où (bah oui, on ne veut pas que le dos soit en une seule pièce). 

Voilà, après il ne reste plus qu’à assembler. Ici pour faire le col, j’ai utilisé un biais en satin bleu marine. Pour l’ourlet, maintenant que j’ai la surjeteuse (quoi je me la pète !?!!), j’ai juste fait des roulottés aux manches et en bas de la blouse.

Pour la fermeture dans le dos, j’ai utilisé des boutons pressions dorés (type anorak) de chez Prym, que j’ai posé avec la pince Vario (super facile !). Le seul hic, c’est que je n’ai pas renforcé le tissu avant, et donc maintenant que j’ai fermé les boutons pressions, je crois que je ne vais pas prendre le risque d’essayer de les rouvrir et de tout arracher au passage… Mais bon, c’est pas grave, la tête passe allègrement. On n’a qu’à dire que c’est juste décoratif 😉

Sister mini 2

Cher lecteur,

Hier quand je t’ai écrit, je ne t’ai pas tout dit. En fait, avant de rentrer pour t’écrire, j’ai fait un crochet par Mondial Tissus…

Bon, c’était pas trop trop prévu, mais j’ai craqué. Je me suis fait plaisir, j’ai acheté :

  • un beau velours gris pour me refaire une Sister Mini,
  • du satin gris clair, pour la doublure,
  • un crêpe bleu marine, pour me faire une blouse à empiècement,
  • une gabardine bleu marine, pour me faire le pantalon de mon nouveau bouquin de Charlotte Auzou,
  • des ciseaux cranteurs, parce que ça faisait longtemps que j’en voulais (hiiiiiii),
  • une boite à canettes, pour ranger les canettes (oui je sais ça paraissait logique),
  • des canettes pour MAC Singer (alors que j’ai une Toyota… moins logique tout de suite),
  • des boutons pour une autre blouse que j’ai envie de me faire (j’ai déjà le tissu),
  • c’est tout, mais c’est déjà pas mal !

sister-mini-2-7

Et comme je suis comme une gamine devant le sapin de Noël quand je rentre de chez Mondial Tissus, je n’ai pas pu m’empêcher de me lancer sans plus attendre dans la confection de ma nouvelle Sister Mini.

sister-mini-2-8

La dernière fois, j’avais consciencieusement pris mes mesures, et ça me donnait un 38 (ouiillllle). Le point positif, c’est que ça a été un déclic pour arrêter les rillettes de poulet. Le point négatif, c’est que la jupe était trop grande…

Donc cette fois, j’ai direct attaqué en 36 ! Je pense que j’ai mieux suivi les instructions que la première fois, notamment pour la doublure. Honnêtement, ça m’a pris même pas le temps du film du dimanche soir pour la terminer (repassage compris, c’est pas pour m’la péter…).

sister-mini-2-5

sister-mini-2-3

Le hic c’est ce matin, quand fièrement, je me suis dirigée vers ma voiture pour aller au boulot… ô malheur ! ô sacrilège ! la doublure dépasse ! Je sais pas comment j’ai fait mon compte, mais en gros, la doublure est archi fluide, donc quand le tissu fait des plis, elle, elle n’en fait pas (genre miss perfection du tissu quoi). Résultat, j’ai passé ma journée à scruter mon bas de jupe pour vérifier que la doublure ne se voyait pas.

Bref, je suis déçue parce que j’adore le tissu… mais bon c’est pas une vie de surveiller sa jupe tout le temps comme ça…

sister-mini-2-2

sister-mini-2-6
De dos

Ah au fait !!! Pour la petite histoire, j’ai testé mes ciseaux cranteurs sur la doublure en satin : trop la classe, le tissu ne s’est pas du tout effiloché ! Bon par contre, ça m’a fait plein de petites paillettes de fibres qui sont venues se coller sur mon collant pour le faire briller de mille feux. Bon ça va qu’on approche de Noël…
Par contre, j’ai pris la marque Mondial Tissus parce que j’avais pas le numéro de COFIDIS pour acheter les Fiskars, mais ils sont hyper durs ! Ça va me faire un pouce sur-musclé… Je vais finir au mieux dans des compètes de pouces, au pire bête de foire. Sur ce, je vais me coucher, parce que je sens que ça va trop loin…

La blouse à basques

Cette semaine, je suis allée faire un tour du côté de chez Anna Ka Bazaar, rue Muller à Paris. Ça a été dur de ne pas craquer tellement tout faisait envie… Les vendeuses étaient adorables, bref, c’est définitivement une adresse à garder.

A la base, je ciblais le tissu « Twist Dark Blue« de chez Atelier Brunette, mais je n’ai pas pu m’empêcher de repartir avec le magnifique « Sparkle Melba Gold« . C’est une batiste de coton, toute douce, et hyper chouette avec ses petits imprimés dorés.

tissu-blouse-sezanne

J’en ai pris un mètre comme ça, sur un coup de tête. Une fois rentrée à la maison, je me suis rendue compte qu’un mètre, c’est pas grand chose. J’avais envie de faire une tunique ou une blouse, de préférence manches longues ou au moins 3/4 (bah oui, fait froid dehors). En cherchant des idées, je suis tombée sur la Blouse Alexis de chez Sézane :

blouse-sezanne-alexis

J’aimais bien le fait qu’il y ait des basques, mais pas partout. Je me suis donc lancée dans l’élaboration du patron. J’ai été un peu joueuse, parce que j’ai coupé directement dans mon beau tissu, sans faire de toile. Mais bon, je me suis dit, après tout, les mensurations, le patronage, c’est des maths, on peut pas se tromper…. hmhmmmm
Ça a été pire qu’une partie de Tetris pour faire rentrer mes manches 3/4 dans mon mètre de tissu. Mais après avoir tout retourné dans tous les sens, ça a fini par rentrer… Pour le résultat, ça donne ça :

blouse-sezanne-1

J’aime beaucoup le résultat. Par contre, j’ai encore un petit souci de col qui rebique à cause du biais invisible… Il faudra que je l’écrase un coup avec le fer à repasser.
Cette fois je me suis pas cassée la tête par contre avec les manches, j’ai juste fait un ourlet. Au départ, je voulais faire des manches gansées, mais il ne me restait qu’un seul bouton.

blouse-sezanne-5

Pour le dos, j’ai fait une patte de boutonnage toute simple. Et pour faire comme la blouse Sézane, j’ai pris des boutons à pied dorés chez Mondial Tissus.

blouse-sezanne-6

blouse-sezanne-3 blouse-sezanne-4

Je pense que ça va devenir un basique de ma garde-robe. J’ai déjà 2-3 autres tissus en vue. Par contre la prochaine fois, je changerai juste les manches pour faire quelque chose d’un peu plus recherché.

blouse-sezanne-2

 

La robe cintrée ratée

Autant j’étais super fière de moi pour le haut l’hiver is back… autant là c’est un gros PAS CONTENTE !!

Le tissu vient de chez Mondial Tissus (what-a-surprise!!). A la base, j’avais sélectionné le maaaaagnifique tissu « Twist Dark Blue » de chez Atelier Brunette, mais je me suis dit qu’il valait peut-être mieux tester d’abord ce patron que je ne connaissais pas sur un tissu un peu moins cher.
J’ai donc pris 2 mètres de ce tissu coton léger imprimé. 

tissu-fleches

Le patron vient (encore et toujours) du livre « Apprendre à coudre ses vêtements et accessoires » de Charlotte Auzou. Il s’agit ici de la « Robe cintrée » (en bas à droite, en rouge, sur la photo ci-dessous).

charlotte-auzou

Au début, tout allait bien. Le modèle est hyper facile : il n’y a que 4 pièces en tout à assembler (+ 2 pour les manches).  Ça a commencé à sentir le moisi quand j’ai 1/ « fini » le col 2/ assemblé les manches…
Alors déjà le col, faut pas être claustrophobe ET ne surtout pas se maquiller et se coiffer avant d’enfiler la robe (tu peux hein, mais ça sert à rien tellement le col est étroit).
Et les manches, bah ça va si t’as oublié de mettre tes épaules ce jour là…
Bref, je suis bien contente d’avoir fait un coup d’essai parce que ça ne va pas du tout, mais alors DU TOUT (c’est là que je suis PAS CONTENTE, oui je sais faut suivre…).
Parce que certes c’est pas cher tout ça tout ça, mais y a rien de plus pénible que de ne pas pouvoir « faire confiance » à ses patrons. Je sais ce que vous vous dites :  qu’il faut faire une toile avant de se lancer. Certes ! Mais…. pfffiou…

Je suis tellement déçue du résultat que j’ai pas même fait l’ourlet du bas ou des manches…

robe-cintree-ratee-2

Tout ça pour dire que pour la prochaine, je vais modifier l’encolure, qui là est franchement catastrophique : elle rebique vers l’extérieur, c’est hyper bizarre…

robe-cintree-ratee-4

Je pense que je vais en profiter pour descendre aussi un petit peu la ligne de jonction entre le haut et le bas.

robe-cintree-ratee-1

Et enfin, je vais décaler la jonction haut-manche de 3 cm vers l’extérieur.

robe-cintree-ratee-6

(Oui, histoire de couronner le tout, le tissu colle à mes collants. Sale journée… )

L’hiver is Back (is back)

Bonjour bonjour !

Je voulais vous présenter aujourd’hui ma toute dernière création : le haut Back is Back de Vanessa Pouzet AVEC manches (bah oui, frileuse un jour, frileuse toujours !).

Le tissu principal vient de chez …. wait for it…. Mondial Tissus (bravo à ceux qui suivent). J’avoue que j’ai totalement craqué pour ce tissu un peu esprit imprimé cachemire. Le vert est un peu bleuté. Le toucher est vraiment agréable, et il ne s’effiloche pas trop. Bref ce tissu a été un plaisir à travailler.
Bon, là où c’était un peu crétin, c’est que, une fois seulement après avoir terminé, j’ai réalisé que le vert, ça ne me va pas au teint… (dixit la gentille infirmière du don du sang) paraîtrait que ça me donne l’air malade. Pas grave, je le mettrai quand j’aurai la crève, comme ça « ni-vu-ni-connu » !

tissu-cachemire

C’est marrant parce que je vient de voir sur le site de Mondial Tissus que c’était un viscose imprimé, et donc un tissu soie artificielle alors que j’aurais juré que c’était plus une flanelle de coton… Comme quoi des fois… on est complètement à côté de la plaque.
J’en ai pris 70cm et en mettant un peu dans tous les sens ça l’a fait nickel !
(Nan j’exagère… j’ai tout mis sur le droit-fil, il y a juste une manche qui est perpendiculaire au droit-fil, mais franchement il faut le savoir !).
La dentelle vient aussi de Mondial Tissus mais je l’avais déjà (un reste de la Robe Back-is-Back). Je suis un peu dégoûtée, parce que comme d’habitude, je me suis jetée tête baissée à la découpe sans réfléchir, et donc, au lieu de découper le devant sur le pli, j’ai découpé comme ça. J’ai donc du recommencer et j’ai donc perdu deux moitiés de devant, que j’essaierai de réutiliser, mais bon… un peu deg quand même…

J’avais déjà le patron, que j’avais utilisé pour la Robe Back-is-back. Il s’agit du haut Back-is-Back de Vanessa Pouzet, disponible ici.
J’étais restée sur une très bonne impression quant aux explications de montage. Par contre, je me suis souvenue qu’il y avait un petit soucis à l’encolure et aux pinces poitrine de ma robe. C’était pas trop génant puisque j’avais fait la découpe « sexy chocolat » décolletée dans le dos. Et donc pour pouvoir respirer ne pas être gênée par l’encolure un peu juste, je tirais la robe vers le devant.

Cette fois-ci, je ne me suis pas faite avoir, j’ai modifié directement le patron, plutôt que de me jeter directement à la découpe du tissu… J’ai donc descendu de 2cm l’encolure (j’aurais même pu faire plus, mais j’avais peur qu’il ne reste presque plus de dentelle à force de grignoter…).
Comme le but était de pouvoir mettre cette blouse pour le boulot, j’ai fait entre la découpe « soft » et la « sexy chocolat », ce qui permet tout juste de cacher le soutien-gorge, tout en gardant un joli décolleté.

hiver-bib5
Tiens… je viens de remarquer que j’avais pas les omoplates symétriques… c’est grave docteur ??

J’ai également modifié les pinces poitrines, en les descendant de 3 cm. Et… il fallait bien ça !!!

hiver-bib3

Et évidemment, la plus grosse modification a été l’ajout de manches ! Pour cela, j’étais bien contente de trouver les super explications du blog Louis Antoinette ici.
Je dois dire que je suis plutôt très très fière de moi (hihihihihi) parce mes manches sont tombées pile-poil avec le reste, et moi qui d’ordinaire galère/déteste faire les manches, là, c’était finger-in-the-nose !
Bon… y a juste une petite bosse que je qualifierais de « disgracieuse », mais elle se voit à peine si on sait pas (et vu qu’il y a que vous et moi qui sachons…).

hiver-bib6

hiver-bib7

Pour les finitions, j’ai fait des manches gansées avec un petit bouton nacré que j’avais déjà en réserve.

hiver-bib4

hiver-bib10

Et tous les ourlets sont réalisés avec un biais invisible. 

hiver-bib-ourlet

C’est ce que j’aime avec ce modèle : toutes les finitions sont impeccables, avec le biais, les coutures anglaises, le passepoil…

hiver-bib9

Bref… je suis contente de moi sur ce coup, et ça se voit !

hiver-bib8

La jupe « Sister Mini »

2016-10-19

Comme je vous l’avais expliqué dans mon article La robe back is back, j’ai adoré mon premier patron Vanessa Pouzet ! Les explications étaient magnifiquement claires, le tout super bien présenté, soigné, bref, un bijou ! 

Etant à la recherche d’un nouveau projet pour occuper mon week-end, je me suis donc naturellement tournée vers le e-shop de patrons Vanessa Pouzet. Il faut dire que je suis quelqu’un d’assez impatiente, et quand j’ai envie d’un modèle, il me faut le patron ici/maintenant/tout de suite.
J’ai craqué pour le modèle Mini Sister. C’est une jupe, facile à porter, aussi bien au boulot qu’en week-end ou en soirée.

Continuer la lecture de « La jupe « Sister Mini » »